search-form-close
Algérie : « Il est trop tôt pour parler de la réouverture des frontières »

Algérie : « Il est trop tôt pour parler de la réouverture des frontières »

Dr Mohamed Bekkat Berkani est membre du Comité scientifique de surveillance et de suivi de l’épidémie de la Covid-19. Il juge qu’il est « trop tôt » pour parler de la réouverture des frontières avec la Tunisie à l’occasion de la saison estivale.

Selon lui, la situation épidémiologique n’est pas encore totalement maîtrisée dans les deux pays. « Notre situation n’a pas diminué sur le plan épidémiologique. Pour la Tunisie, nous avons des informations fragmentaires. Il est clair que pour le moment le principe de précaution doit dominer », estime Dr Bekkat Berkani dans une déclaration, ce jeudi 25 juin, à TSA.

Il ajoute : « Etant donné la situation (en Algérie) et même avec des cas sporadiques, sous quel protocole les Tunisiens pourraient-ils rouvrir les frontières aux Algériens ? Les autorités tunisiennes vont-elles demander les tests PCR ou rapides ? Du moment que ni la Tunisie ni l’Algérie n’ont pas totalement dominé la situation épidémiologique, je pense qu’il est trop tôt pour parler de circulation des personnes », tranche Dr Bekkat Berkani.

Le ministre tunisien du Tourisme et de l’Artisanat, Mohamed Ali Toumi, a annoncé mercredi étudier les meilleures façons de recevoir les touristes algériens cet été.

« A mon avis, il n’est pas encore souhaitable d’ouvrir les frontières (avec la Tunisie). La Tunisie est un pays frère mais le Covid-19 ne l’est pas », insiste Dr Bekkat Berkani qui prévient qu’il « ne faudrait pas que la situation sanitaire nous échappe ».

Pour lui, économiquement, tout se refait mais les vies humaines doivent être préservées. « La président de la République l’a déclaré en disant qu’il privilégiait la situation sanitaire et que l’économie allait redémarrer mais pas au détriment (de la santé) des Algériens », rappelle-t-il.

Le président de la République devrait prendre une décision début juillet concernant la réouverture des frontières et la reprise des liaisons aériennes et maritimes.

Inquiétudes

Dr Mohamed Bekkat Berkani réitère son inquiétude par rapport au rebond des contaminations à la Covid-19, insistant sur l’impératif d’en déterminer la cause.

« S’agit-il d’une non application des mesures générales, ce qui est probablement le cas ? Est-ce qu’il s’agit de clusters familiaux qu’il faut déterminer ? Les enquêtes épidémiologiques (lancées dans certaines wilayas) nous permettront circonscrire le phénomène. Nous ne pouvons pas déconfiner avant d’avoir identifié les personnes à l’origine de l’augmentation des cas », précise Dr Bekkat Berkani.

Il ajoute : « L’Etat peut confiner s’il le faut certains endroits ou certaines wilayas ». Il cite les exemples des wilayas où les contaminations sont en hausse : Sétif, M’sila, Constantine, Ouargla, Biskra, Bechar.

Pour Dr Mohamed Bekkat, le pays est dans une situation d’urgence sanitaire. « Ce qui veut dire que toutes les libertés publiques et individuelles en matière de santé sont abolies ».

  • Les derniers articles