search-form-close
Concert virtuel et marches populaires : les actions de solidarité avec les détenus du hirak se multiplient

Concert virtuel et marches populaires : les actions de solidarité avec les détenus du hirak se multiplient

Les actions de solidarité avec les détenus du hirak et leurs familles se multiplient en Algérie et à l’étranger. La plus importante s’est déroulée en ligne samedi soir.

De nombreux Algériens dont Amel Zen, le groupe Labess et Cheikh Sidi Bemol ont manifesté leur soutien aux activistes et militants en détention, au cours d’un concert sous le nom « Songs of freedom » (Chants de liberté).

« Je chante pour les détenus, pour Tabbou, Drareni et tous les autres. J’espère qu’on vous reverra libres très bientôt », a dit le rockeur gnawi Cheikh Sidi Bémol. « Je participe en solidarité avec les détenus. Il faut les libérer ! », a déclaré Amel Zen, en jugeant anormal de « continuer à réprimer les libertés ». « Nous avons deux virus : le corona et la répression », a-t-elle dénonce dans une déclaration à l’AFP.

Cette action, la première du genre, a été organisée par Free Algeria, une coordination de collectifs de la diaspora algérienne qui active notamment en France, aux Etats-Unis, en Suisse, en Belgique, en Italie ou en Autriche.

Le concert, une compilation de vidéos, a été diffusé sur Facebook et Youtube, samedi soir la veille de l’Aïd el fFitr. Il a duré plus d’une heure et demi.

En plus du concert, une marche populaire pour dénoncer les récentes arrestations de militants et en solidarité avec les détenus du hirak, a été organisée hier à Beni Ourtilane dans la wilaya de Sétif. D’autres marches populaires similaires ont eu lieu dans d’autres localités à Tizi Ouzou et  Boumerdes, malgré le confinement et la pandémie de coronavirus.

Au 19 mai dernier, le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) comptabilisait 59 militants et activistes incarcérés, condamnés ou en instance de jugement. Le comité signale que dix personnes sont détenues sans jugement depuis le 1er mars 2019, accusées de destruction des biens publics lors des affrontements qui avaient émaillé les premières marches du hirak populaire.

  • Les derniers articles