search-form-close
Entretien avec Abdelwahab Benzaim, sénateur FLN : « Le Sénat est dans l’illégalité »

Entretien avec Abdelwahab Benzaim, sénateur FLN : « Le Sénat est dans l’illégalité »

Salah Goudjil, a présidé ce lundi une réunion du bureau du Sénat en présence des groupes parlementaire pour fixer le calendrier de la reprise des travaux en plénière. Quelle est votre réaction ?

Avant de tenir une telle réunion, il y a toute une procédure à respecter. En effet, la loi stipule qu’en cas de démission du président du Sénat, en l’occurrence Abdelkader Bensalah, le bureau de l’institution doit se réunir dans un délai de 48 heures pour constater la vacance du poste et aller vers l’élection d’un nouveau président. Et dans le cas où l’actuel intérimaire est élu président du Sénat, il peut, à son aise présider une réunion du bureau.

Mais qu’est ce qui explique l’attitude de Goudjil ? Pourquoi, il n’a pas encore déclaré la vacance du poste de président du Sénat ?

C’est tout simplement une fuite en avant de sa part. Il a peur de perdre son statut au cas où il passe par les urnes.

Vous pensez donc que toute sa démarche est liée à sa volonté de se maintenir en tant qu’intérimaire ?

Oui. De plus je vous informe qu’en sa qualité de vice-président du Sénat son mandat a expiré ce mois de février. Je vous rappelle qu’il a présidé le Sénat en tant que vice-président et actuellement, il ne l’est plus. Il ne peut plus présider donc le Sénat en qualité. Il va falloir renouveler les structures du Sénat et voir s’il est élu une autre fois par ses pairs ou non.

Mais le groupe parlementaire du FLN et du RND au Sénat ont soutenu la démarche de Goudjil. Qu’en pensez-vous ?

Il faut savoir que notre groupe parlementaire FLN au Sénat n’a tenu aucune réunion officielle pour rendre publique un quelconque communiqué. De plus Goudjil aurait dû recevoir le soutien de son propre groupe parlementaire, ce qui n’est pas le cas.

Quelles seront les conséquences d’une telle situation ?

Au moment où le président de la République parle de l’émergence d’une nouvelle République caractérisée par l’impératif de mettre la loi au-dessus de tous, au Sénat, nous sommes en présence d’une institution dont la composante du bureau est illégitime. C’est une violation fragrante du règlement intérieur d’une institution ayant pour mission l’élaboration des lois et qui est censée donner l’exemple. En somme le Sénat est dans l’illégalité

Qu’allez-vous faire maintenant ?

Nous exigeons le renouvellement des structures du Sénat et nous lançons un appel au président de la République pour faire respecter la loi dans cette institution.

Mais pourquoi interpellez-vous justement le président de la République ? N’existe-t-il pas d’autres moyens ?

Le président de la République est le garant de la Constitution. Nous sommes législateurs, on ne peut pas accepter de voir les lois piétinées de cette façon. Nous avons interpellé l’actuel le président par intérim du Sénat, à plusieurs occasions, mais il ne veut rien entendre. Il se maintient avec la complicité de l’administration du Sénat.


| LIRE AUSSI : Sénat : la guerre de succession de Bensalah fait rage

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close