search-form-close
Flambée des prix : le RCD ironise sur le ministère du Commerce

Flambée des prix : le RCD ironise sur le ministère du Commerce

Le RCD critique les changements opérés par le président de la République à la tête du ministère du Commerce et l’instabilité qu’ils induisent dans le secteur.

« Le chef de l’État, qui a consommé quatre ministres du Commerce en l’espace d’une année, ne semble pas mesurer les dégâts qu’occasionne une telle instabilité dans un secteur aussi sensible », écrit le parti dans un communiqué publié ce mercredi 23 mai à l’issue de la réunion de son secrétariat national.

« Les annonces contradictoires de chacun des locataires de ce ministère ont fini par désorienter les investisseurs, livrés à une gestion administrative de court terme, et conforter dans leurs pratiques tous les fraudeurs et les agents parasites du marché informel », souligne-t-il.

Le RCD revient aussi sur la flambée des prix des fruits et légumes en ce début du mois de Ramadan. « Comme à chaque Ramadan, la mercuriale flambe et les responsables du secteur accusent les « citoyens boulimiques » et passent leur temps à rédiger des communiqués sur le renforcement du contrôle. Cette trame n’a rien d’anecdotique, d’autres secteurs subissent le même sort », ironise le RCD.

Pour lui, les rectifications de « dernière minute » du projet de loi de finances complémentaire 2018, « en particulier sur les concessions agricoles », les « vas et vient » dans le secteur de l’éducation, ou les « couacs de notre diplomatie » s’ajoutent aux « manipulations » de la scène politique pour « tuer dans l’œuf toute alternative au statu quo de rigueur ».

Selon le parti de Mohcine Belabbas, la révision constitutionnelle de 2016 qui « renforce considérablement l’institution présidentielle semble déteindre sur toute la vie de la Nation ».

« À un Premier ministre devenu simple coordonnateur et rappelé à l’ordre à chaque annonce, l’Assemblée nationale est dessaisie de tout pouvoir d’initiative et de contrôle », détaille-t-il.

Et d’ajouter : « Tout le monde sait que les retards enregistrés dans la loi de finances complémentaire pour son passage au conseil des ministres sont faits à dessein pour que le texte soit promulgué par ordonnance et éviter ainsi tout débat – certes formel au vu du vote bloqué des partis du pouvoir – au niveau de l’APN. De même, le nouveau règlement intérieur de l’APN ne laisse aucune initiative à l’opposition et renforce le contrôle sur les députés ».

Copie/collé des textes français et canadiens

Le RCD estime que le projet du règlement intérieur de l’APN, texte qui a suscité une levée de boucliers au sein de l’opposition et objet de polémique, vise à renforcer le contrôle sur les députés.

« Le nouveau règlement intérieur de l’APN ne laisse aucune initiative à l’opposition et renforce le contrôle sur les députés », souligne le parti.

Le projet présenté aux députés « cultive l’ambiguïté et les approximations et dessaisit l’Assemblée y compris dans ses prérogatives fiscales traditionnelles en privilégiant dans de nombreux domaines la voie réglementaire (l’Exécutif) », critique le RCD.

« Ce texte, œuvre d’un patchwork de copié/collé des textes français et canadiens, est inopérant d’autant que la fonction présidentielle domine la vie publique », ajoute-t-il.

Par ailleurs, le RCD condamne les tueries de l’armée israélienne contre les Palestiniens et entend organiser à la rentrée une conférence internationale sur la question de la femme et une conférence publique sur le Code public ainsi qu’un campus des jeunes.

  • Les derniers articles