search-form-close
L’Algérie dénonce « l’afflux d’armes » en Libye qui menace la sécurité régionale

L’Algérie dénonce “l’afflux d’armes” en Libye qui menace la sécurité régionale

Le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, a exprimé « la profonde préoccupation » de l’Algérie face aux graves développements de la situation en Libye ces dernières semaines, alors que les deux camps opposés dans ce pays auraient reçu des tonnes d’armes et de munitions de leurs alliés étrangers.

Pour le chef de la diplomatie algérienne, ces récents développements « confirment malheureusement l’opposition des agendas régionaux et internationaux qui semblent ne s’accorder que sur le maintien de la Libye en situation de chaos et en théâtre de guerres par procuration et de règlement de comptes au détriment du sang des enfants du peuple libyen frère », a estimé le ministre dans un message cité par l’agence officielle, à l’occasion de la Journée de l’Afrique.

Sabri Boukadoum a également déploré que l’afflux des armes en Libye « en flagrante violation » des résolutions internationales ait « non seulement attisé la guerre civile mais favorisé également l’armement des groupes terroristes, qui menacent désormais la sécurité de la région et entravent le processus d’un règlement politique ».

Le ministre des Affaires étrangères a dans ce cadre souligné que l’Algérie ne ménagera aucun effort « pour rassembler les protagonistes et rapprocher leurs vues ».

Dans ce contexte, M. Boukadoum a réaffirmé « la disposition de l’Algérie à abriter le dialogue libyen et son insistance sur le rôle central que doivent jouer les pays du voisinage ainsi que l’UA dans le processus onusien pour le règlement de la crise libyenne ».

La déclaration de M. Boukadoum survient alors que les forces du Gouvernement d’union nationale (GNA) et de l’Armée nationale libyenne (ANL) auraient récemment reçu des tonnes d’armes et de munitions de leurs partenaires étrangers, rapporte ce mercredi RFI. Selon le GNA, 15 avions russes transportant des matériels militaires ont atterri à l’aéroport de Bani Walid. L’ANL du maréchal Khalifa Haftar serait également épaulée des avions de chasse russes.

Du côté adverse, au moins 8 avions militaires turcs ont transporté également des matériels militaires à l’aéroport de Misrata. Les frappes aériennes de l’ANL visant les positions du GNA se sont par ailleurs multipliées récemment, alors que durant ces dernières semaines, c’est l’ANL qui était en souffrance devant la densité des frappes des drones turcs, précise la même source.

  • Les derniers articles