search-form-close
Le Pr Zidouni alerte sur la détresse des malades non-Covid

Le Pr Zidouni alerte sur la détresse des malades non-Covid

Pr Noureddine Zidouni, membre du comité scientifique en charge du suivi de l’épidémie en Algérie, appelle « à une protection maximale du personnel soignant » du coronavirus, et alerte sur la détresse des malades non-Covid.

Depuis le début de l’épidémie en Algérie, les professionnels de la santé ont perdu 44 de leurs camarades entre médecins, paramédicaux, et autres personnels et plusieurs centaines d’entre eux sont infectées par le virus.

Chef du service pneumologue du CHU de Beni Messous (Alger), Pr Zidouni attribue ce lourd tribut payé par le personnel soignant à un probable « manque d’équipement en moyens de protection individuelles (EPI) ».

Il  prévient contre un grand risque de « surexploitation des structures hospitalières » dans un contexte d’épuisement des personnels soignants engagés dans la lutte anti-Covid.

En sus de multiplier les tests de dépistage du coronavirus, Pr Zidouni recommande aussi qu’en cas de dépassement des capacités hospitalières, de recourir au traitement en ambulatoire en faisant participer les médecins libéraux.

Le chef du service pneumologie du CHU Béni-Messous évoque aussi la détresse des malades non-Covid qui sont également pénalisés par le fait que beaucoup de services sont dédiés aux patients infectés par le coronavirus.

À cet effet, Pr Zidouni admet qu’il est lui-même confronté à cette problématique, et annonce avoir consacré deux services spécialement aux malades souffrant de maladies pneumologiques.

Ce sont « des malades pour lesquels je n’ai pas le droit, sur le plan éthique, d’interrompre un protocole de chimiothérapie », insiste Pr Zidouni. « Malheureusement, cela fait plusieurs mois que nous n’avons pris aucun nouveau malade en chimiothérapie », se désole-t-il.

Le spécialiste préconise de dédier un certain nombre d’établissements hospitaliers « uniquement dédiés au malades Covid », citant les hôpitaux de Kouba, de Bainem et de Ain Taya, à Alger, comme exemples pouvant recevoir des malades Covid.

 

  • Les derniers articles