search-form-close
Tabbou « privé » de son droit d’appeler sa famille, selon ses avocats

Tabbou “privé” de son droit d’appeler sa famille, selon ses avocats

Le collectif de défense du militant politique et figure emblématique du Hirak, Karim Tabbou, a dénoncé ce mardi la « discrimination » dont est victime leur client « privé » de son droit de communiquer par téléphone avec sa famille, comme le dispose la Loi.

Ce droit profite notamment aux détenus depuis la propagation du coronavirus et l’interdiction des visites de leurs failles décidées par la chancellerie.

Selon un communiqué rendu public ce mardi, le collectif rapporte que Karim Tabbou a essuyé un refus à trois demandes successives : le 04 avril, le 10 avril et le 06 mai derniers.

« L’interdiction du droit d’appeler viole totalement la loi sur l’organisation pénitentiaire, en particulier l’article 72 et les articles stipulés dans le décret exécutif n ° 05_430 du 8 novembre 2005 qui précise les moyens de communication à distance et leur utilisation par les détenus », indique le communiqué.

« Cette interdiction consacre la politique d’isolement du militant Karim Tabou, et constitue une forme de traitement psychologique sévère, discriminatoire et sélectif (…) », estime le collectif. Tout en condamnant cet acte « discriminatoire à l’encontre de son client », en informant l’opinion publique « des abus dont il est victime », le collectif de défense « exige l’équité, la justice et la bonne application des textes juridiques sans aucune discrimination et loin de tout calcul politicien », conclut le communiqué.

  • Les derniers articles